La Maison de l'Argentier du Roy est proche d'Azay le rideau

Depuis ses chambres d'hotes et son Gite de charme, il est très  simple d'aller visiter le

Château d’Azay le Rideau :

 

Azay est un des plus beaux Châteaux de la Région.…

Balzac parlait d’un « diamant taillé à facettes, serti par l’Indre …» pour qualifier Azay-le-rideau.

Ici, l’allure médiévale n’est qu’illusion. Azay traduit plutôt le plus pur raffinement de la Renaissance italienne.

Il évoque le luxe et le raffinement des grands seigneurs, nouveaux riches du XVI e.

Le château et le village qui l’entoure doivent leur nom à Hugues Ridel, seigneur d’Azay au XIIe.

Au début du XV e, Charles VII de passage à Azay, se fait insulter par les Bourguignons installés dans la forteresse d’Azay, en pleine guerre de Cent Ans : « Voici le demeurant des petits patés de Paris ». De rage, il extermine les 354 soldats de la garnison et incendie le village. Le lieu portera le nom d’Azay-le-brulé pendant plus de 200 ans.

La population reconstruit la ville et ses remparts. La place fortifiée est acquise à la fin du XV e par Martin Berthelot, homme de confiance de Louis XII puis de Charles VIII.

Son fils Gilles Berthelot, devenu financier auprès de la cour du roi François Ier , entreprend de construire le château à la place du château féodal, en 1518, mais c’est son épouse, Philippe Lesbahy, qui veille à l’avancement des travaux pendant les longs moments ou son mari est retenu à Paris pour ses fonctions. Mais des événements dramatiques interrompent ce beaux projet : Gilles Berthelot, accusé de malversation par le roi, doit s’exiler et ses biens sont confisqués en 1528. Il meurt un an plus tard.

Sa femme essayera de conserver le château pendant des années mais le perd définitivement en 1535, au profit de Antoine Raffin, compagnon d’arme de François Ier.

Le Château resta dans la même famille jusqu’à la révolution.

Puis il est acheté par le Marquis de Biencourt, en 1791, connu pour ses idées révolutionnaires. Ses descendants le conservent jusqu’en 1905 et entreprennent une restauration importante : il remplace la grosse tour médiévale par une tour mieux adaptée au style du château et flanque l’angle de la façade principale d’une tourelle identique aux autres, en remplacement d’une petite tourelle de style troubadour.

Malgré ces transformations, le château est une œuvre de la première renaissance. Son aspect général reste fidèle à la tradition médiévale : toits élevés, hautes cheminées, tourelles d’angle en surplomb, chemin de ronde en mâchicoulis….mais l’influence de la renaissance italienne est sensible, notamment dans l’ordonnance des façades : espacement régulier des fenêtres accostées de pilastres, moulures horizontales entre les niveaux, chapiteaux sculptés.

L’ entrée principale du château est aussi l’entrée de l’escalier. Droit, rampe sur rampe, il est mis en valeur par sa situation au centre de la façade principale et son magnifique décor de médaillons, frises de rinceaux, coquilles… on remarque, en outre le F et la salamandre de François Ier, le C et l’hermine de Claude de France (fille de Louis XII et Anne de Bretagne et Iere femme de François Ier) et les initiales G et P qui font allusion aux bâtisseurs du château.

De riches tapisseries et des meugles des XVIe, XVIIe et XVIIIe ornent les appartements remeublés par les Monuments historiques (Azay est devenu propriété de l’Etat en 1905) .




.... et tant d'autres lieux encore....
tous proches...

Bienvenue a la maison - Petites presentations - Ou sommes nous - Les chambres d'hotes
le gite du chevalier Au coeur des vignobles Contact


visitez le chateau d'azay le rideau