La Maison de l'Argentier du Roy est très proche de Cormery

Depuis ses chambres d'hotes et son Gite de charme, il est très  simple d'aller visiter l'Abbaye de Cormery :


Petite ville célèbre pour son abbaye et …ses macarons. A la fin du VIII e, Ithier, abbé de Saint-Martin de Tours, ancien pro-chancelier de Charlemagne fonde près de L’Indre un ermitage qu’il place sous le patronage de l’apôtre des Gentils : Saint Paul.

Son successeur à la têt de la grande Abbaye de Tours, le célèbre Alcuin se rend souvent à Cormery, dont il apprécie, le charme et le calme . Vers 800, il y installe des Bénédictins. L’établissement, doté de nombreux privilèges, connaît un développement rapide, ouvrant de multiples prieurés au nord de la Loire, et finit par être l’un des monastères les plus importants de la région.

Cependant aux époques troublées, la richesse de l’abbaye attire les pillards. Au milieu du IX e les Normands ravagent les bâtiments.

Cinq siècles plus tard, en 1358, ce sont des mercenaires à la solde des Anglais qui, pendant la Guerre de Cent Ans, s’emparent des lieux, suivis, deux siècles, après, par les protestants (1562). Le déclin de l’abbaye s’accentue au XVIII e et, lorsque la révolution éclate, le monastère est presque vide. Les bâtiments sont vendus comme biens nationaux et en partie détruits.

Il reste La Tour Saint Paul (XI e) sous lequel passe la rue de l’Abbaye : A l’intérieur, un escalier à) vis conduit au Ier étage où l’on découvre une salle voûtée d’une coupole à 16 pans et sur sa façade occidentale, de curieuses décorations( motifs géométriques en écailles) . Au pied de la tour, le logis du Prieur (XV e) avec sa gracieuse tour d’escalier. Le réfectoire (XIII e) , long de 30 m dont sa salle principale se divise en deux vaisseaux voûtés d’ogives : il ne doit sa survie car aménagé en logements de rapport. D’autres vestiges du XV e, sont disséminés dans la ville, ce qui donne une idée de l’étendue du monastère.

Une Eglise du XII e, Notre-Dame-de-Fougeray, à l’entrée de la ville en venant de Courcay, est entièrement voûtée de berceaux brisés autour d’une coupole à pendentifs, son clocher a été détruit en partie en 1358, pendant la guerre de cent ans. Les moines et la gastronomie ont toujours fait bon ménage.

A l’ombre de l’abbaye s’est développée une spécialité dont la légende attribue la paternité aux bénédictins : elle dit que la forme de ce gâteau croûté rappelle celle d’un nombril d’un moine suite au jour où il serait tombé ventre nu dans la pâte fraîchement pétrie y laissant l’empreinte de son nombril. Voilà pourquoi le  « macaron de Cormery » à la forme et la dimension d’un nombril ne pesant que 10 grammes. En sortant de Cormery, nous passons devant la modeste Chapelle Saint-Blaise du XII e.




.... et tant d'autres lieux encore....
tous proches...

Bienvenue a la maison - Petites presentations - Ou sommes nous - Les chambres d'hotes
le gite du chevalier Au coeur des vignobles Contact


visitez l'abbaye de Cormery