Histoire de la Maison de l'Argentier du Roy

( la vraie, et ses trésors cachés...)


De nombreuses parts de mystère, mais quelques bonnes pistes...

Préambule
Il n'est jamais simple de connaître l'historique complet de ces très anciennes Maisons.
Surtout si elles ne sont pas vendues avec des archives complètes.
Les changements multiples de Noms de Famille, les aléas de vie, les guerres, les successions difficiles et, les vendeurs pressés ont fait que la chaîne du savoir s'est certainement brisée à plusieurs moments de cette histoire.

Mais en commençant par notre époque , avec nos investigations multiples, durant ces 9 dernières années, nous pouvons commencer à remonter ce temps . Il y a encore des périodes d'ombres, mais qui sait...?.
.. Nous étofferons , au fur et à mesure, cette (petite) base de données .
(séquence "bouteille à la mer" : peut-être serez vous, lecteur, concerné par un des noms figurant sur cet essai, peut-etre même aurez vous des documents sur un quelconque rapport avec la Maison dans votre famille... Internet est tellement utile et simple, pour ces échanges ...Merci par avance, de nous contacter)

Trouver des indices, nous débrouiller seul et essayer cette synthèse de son histoire ....
Pour notre part, une transaction rapide, avec des interlocuteurs peu "loquaces"...en seulement deux rencontres, suivies d'un passage presqu' "entre deux portes", chez le notaire, ne nous ont pas vraiment aidé à connaître les détails déjà connus de l'histoire de la Maison.
Mais heureusement, les livres, et le hasard amusant aide parfois, comme cet échange fortuit et si aimable, sans nous connaitre, avec un ancien résident de la maison, rencontré sur un site d'enchère internet, alors que nous nous ...disputions l'achat d'une carte postale ancienne ... du petit fort Saint Ours...!
Grâce aussi aux..dizaines de livres, dénichés chez un ami bouquiniste, ou lors de brocantes dans la région .

Une source importante aussi d'informations historique , grâce aux livres d'un Instituteur érudit local, Mr André Montoux qui édita dans les années 60, une encyclopédie des "vieux logis de Touraine"..et où La Maison y figure en bonne place... d'ailleurs Mr Montoux et le propriétaire de l'époque se connaissaient bien.

A partir d'Aujourd'hui....et en remontant le temps

  • depuis 2001 : 
    Philippe et Christine Rimbault ; Nous y vivons toute l'année avec bonheur, et y invitons le plus possible de notre famille et d'Amis, pour la partager. Elle devait être destinée à devenir une Maison d'hotes, et un gite...

    - 2011 : Ouverture lde la Chambre "la Bibliothèque de Balzac"
          - 2009 : Ouverture de 3 chambres d'hôtes, :
  •  la Chambre "Belle Epoque "
  • la Chambre / Suite "Jacques Coeur"
  • notre "Suite du Chevalier" ,louée à la semaine en Gite selon les demandes de réservations

  • 1984 - 2001 :
    Mr L. ingenieur parisien, natif de Touraine, dont les parents ont habité la Maison juquà la fin des Années 80. La Maison restant durant les années 90, une Maison de campagne très occasionnelle.

  • 1937 -1961 à 1984 :
    Louée par un marchand de tableaux parisien, Mr J.O, à la veille de la guerre. Sa Famille s'y abrita durant celle ci, puis acheta la maison dans les années 60. Une vraie vie de maison de famille, durant ces presque 50 années. De nombreux peintres aussi, y vinrent en villègiature, dans un appartement qui leur était réservé (aujourd'hui, nous l'avons transformé en la Chambre -suite Jacques Coeur). Il reste une signature de l'un d'entre eux sur une poutre du grenier, GENIS datée 62. La maison a hebergé un maire et conseiller général, Mr M.G. médecin, de 76 à 83 , et Mr A.L.G. , un futur conseiller de Paris.

Le Jardin en 1973........Photo de la cour 1971..... La Maison dans les années 60

  • 1921 à 1961:
    La Maison a suivi 2 successions de la Famille Daigremont
    - de 1921 à 1938, achetée par Désiré Daigremont (qui l'a peut-être habité?), à son fils Jean Felix Daigremont qui la loua, de 1938 à 1959, et la laissera à ses 2 filles en 1959, qui la vendront en 1961 .

détail de la Maison surune photo de1926

  • 1825~ à 1921 :
    Famille Lhéritier de Chézelle. Quelques détails sur la vie de la Maison, durant ces 100 années,  la maison aurait été louée de nombreuses fois durant cette période
    - Les descendants actuels de la Famille Lheritier de Chezelle, nous ont donné une copie d'un courrier datant de la fin du XIXe, relatant assez précisement , l'organisation des pièces de la Maison à cette époque, nous donnant de bonnes informations sur les éléments qui sont encore pésents; pour exemple , le très ancien "potager" en tuffeau de la cuisine, et la bibliothèque du 1er étage qui sera bientot notre chambre " Balzac" ,avec sa vue sur la vallée de l'Indre..

    - 1906 La Maison a servi de cadre à un roman du début du XXe , où la Maison y est décrite en détail, notament une scène s'y passe devant le cadran solaire du Mur très ancien ciselé de pierre du Jardin : "Rêver et Vivre" de Jean de La Brète aux éd.Plon(env.1910)

    -1916 - > Un grand merci aussi à Jacques Charpentier pour son témoignage recent:
    "mes grands-parents Etienne et Jeanne Coyreau des Loges, venant de Blois après leur mariage en mai 1910, ont habité votre maison entre les dates certaines suivantes : avant juin 1911 (date de naissance de ma mère née dans la maison) et au moins jusqu'en juin 1917 (date de la naissance de leur fils Robert né aussi dans la maison). En décembre 1920, la famille avait une nouvelle résidence à Bourcefranc (Charente Maritime)." et de nous envoyer gentiment 2 photos , dont celle qui sera désormais la plus ancienne photo de la Maison (pose de Famille dans le jardin - 1916)
    Famille Coyreau des Loges 1916

    .1846 - > .un détail amusant aussi: durant nos travaux dans la petite dépendance qui allait devenir le gite du Chevalier. Au moment d'enlever de très vieille boiseries pour les nettoyer et les restaurer, nous avons découvert un document caché, roulé entre 2 planches. Ce document date de 1846, et est signé d'un François Haunet.


  • .
    et d'environ 1800-1820..  cette toile, "Jeanne d'Arc à Loches", actuellement au Musée des Beaux Arts de Tours, de Millin Duperreux ,qui nous donne de précieuses indications sur l'architecture de la Maison à l'époque.



On y remarque un pignon sur la rue saint ours (disparu pour un toit à 3 pans désormais),
et une petite tour carrée sur le coté de ce pignon
(disparue aussi aujourd'hui, .... on pourrait penser à l'imagination du peintre qui aurait voulu ajouter des tours à cette Maison qui déjà, l'a marqué, au point d'en faire un élément important de sa composition de tableau)

Hé bien non ...,  on retrouve bien des traces de cette tour carré, dans et sur la Maison  dont des traces subsiste à tous ses niveaux :
départ de cave, office de cuisine, salle de bain de chambre et grenier).

Sur le (son) pan , coté rue, nous avons même retrouvé en réparant un dessus de fenêtre de la petite salle de bain, du 1er étage, pendant le ravalement de cette façade, ....et sous un amas de débris de chaux et de brisures de tuffeau,  ce superbe "linteau à vousseau" , élément architectural médiéval daté par Violet le duc , d'environ fin XIVe - debut XVe.  On note aussi sur cette photo le désordre des enchainements de pierre à sa droite, qui laisse comprendre des changements de volumes d'antan. ...et les traces évidentes de cette tourelle carrée..!

La fenêtre et son cadre de volet ajouté probablement fin XIXe, (et même pas d'applomd..!) sour un linteau de chêne .... laisse entrevoir la jolie ouverture fine et élancée qu'il devait y avoir dans cette tourelle.

         


  •  1750 à 1825~ La Maison devient la résidence de Jacques Grellet de Plaisance, Chevalier de Graleuil, seigneur de Plaisance, capitaine au régiment de Brie . Ce gentihomme émigra à la révolution et fut condamné à mort. Sa femme, Antoinette de Touvelot, obtint d'office le divorce le 17 avril 1793 . Mais celui -ci fut annulé à son retour en France , en l'an VIII, et Jacques Grellet mourut à Tours, en 1823; Sa veuve vendit quelque temps plus tard, la demeure à la Famiille Lhéritier de Chézelle.

    Revolution Francaise à Loches  


    Petite déduction personnelle: Il était astucieux, de demander un divorce en pleine période trouble de terreur révolutionnaire, pour cette "citoyenne" qui pouvait ainsi garder ce petit château pris à "l'Aristocrate" fuyard... !...en compensation financière....
    ... Et ainsi le sauver de certains "sauvages révolutionnaires" pour qui il fallait couper , Têtes "d'Aristos", ...et les hauts de tours de leurs châteaux .
    ... Si c'était une manœuvre , (et l'annulation du divorce au retour du Chevalier en l'an VIII peut le laisser penser), elle a bien protégé la Maison des dégradations.
    La tête du gisant d'Agnès Sorel en marbre blanc, au Château Royal de Loches, a eu moins de chance....martelée de coups de crosses de fusil, au point d'être gravement détruite, par des enragés révolutionnaires.
  • ..idem pour le fronton sculpté de l'entrée de l'Abbatiale, détruit en partie à coup de marteau...



  • XVIIe siècle :
    On note sur cette carte de géomètre fin XVIIe
    , que l'extension de la Maison qui abrite désormais la chambre "Jacques Coeur " n'était pas encore construite. On peut penser que sa construction est postérieure à 1764 ou  "les rampes " furent terminées, et construites sur l'ecroulement du rempart de 1738 .Probablement, quelques mouvements de sol ont fissuré ce coté de la Maison, et sa tourelle en encorbellement, cette extension et un "coin de pierre" supporte désormais la tourelle en encorbellement totalement stable désormais.

    Loches et quartier Saint Ours 18e siècle

  • XVIe au XVIIe siecle : La Maison est passée dans la Famille des Grateloup (sans précision de dates..)

Loches au 17e siecle

Loches cité médiévale millenaire

  • au XVIe siecle : la Maison fut habitée par une Famille Gautier, dont un des membres fut Maire de Loches en 1576

    Loches au 16e siecle

  • XVe   ? ::  On peut dater la construction de la Maison (en tout cas pour les parties Renaissance (Tour ronde du Jardin, tourelle en encorbellement du jardin , corps de logis, et escalier a vis de la cour hexagonal) entre 1500 et 1575 (puisqu'on sait qu'elle fut habitée en 1576 par Gautier, Maire de Loches) , ce qui situe aussi aproximativement. l'époque ou les Maisons en pierre ont été généralisées pour remplacer les maisons a colombages , trop fragiles au feu, des incendies, des guerres, d'attaques de la ville... dans un quartier historique, sur les remparts, et dans le Petit Fort Saint Ours, quartier clos et fortifié qui abrite plusieurs maisons de notables et proches du Roy (Maison de l'intendant du roy, maison de l'ecuyer du Roy , Maison de l'Argentier du Roy) ...

  • Si nous n'avons, à ce jour, aucune information précise, et vérifiée, sur les origines exactes de la date construction de la Maison et de son nom..."Maison de l'Argentier du Roy".
    Grace aux détails
    architecturaux de certains éléments de la maison, bien particuliers, et retrouvés , re-découverts avec bonheur et surprise, lors du grand ravallement que nous avons fait minutieusement,  nous-mêmes, des façades, ous avons retrouvé des éléments qui s'additionnent à ceux qui paraissaient un mystère avec le reste de la Maison.
    Sous du mortier de chaux et de debris de tuffeau, sur les hauts de murs, nous avons retrouvé , des moulures à colonnes cannelées, des metopes,  et un linteau de fenêtre à vousseau - typique fin XIVe d'après Violet le Duc -  , au plus tard, debut XVe.
    On peut faire des hypothèses sérieuses basées sur la logique... chronologique, pour essayer de comprendre l'évolution du lieu, depuis bien avant la contruction de la Maison,  et arriver à ce mur exceptionnel , du jardin ..!!! 
      et son rapport avec Jacques Coeur, seul argentier du Roy, dans l'entourage de Charles VII, au XVe siècle...?
     
    Vous trouverez une piste personnelle de scenario, plausible, en suivant ce lien Architecture de la Maison de l'Argentier du Roy)
    Origines de la Maison courant XVIe..?

  • XIVe..? : et avant... les rares archives de cette époque, dans un language quasi -hermétique, n'ont été vraiment étudiées , que pour les moments les plus importants de l'histoire locale.... et il y a peut-etre quelque part , dans des livres tres anciens , des débuts de reponses...
  • On sait pourtant avec certitude, que cette partie Orientale de la Ville de Loches fut l'endroit ou vint s'établir en 491, Ursus de Cahors connu sous le nom de Saint Ours, qui y implanta un monastère et fit construire un moulin sur l'indre

    Les moines étant des batisseurs, mais aussi protecteurs, il n'y a nul doute que ces berges et ses flancs de coteaux ont été utilisés, creusés, exploités.... aménagés en lieu de repli, de défense, et de protection des personnes et des biens.

    Il y a nombre d'autres cas dans la région ou il a été découvert de véritables villes sous terre, avec des pièces de vie, pourvues aux entrées de pièges , de fosses, et de défenses multiples pour garantir aux protégés, une survie, et un repli d'urgence, le temps de laisser passer , voire de  repousser les assaillants....Survivre..!... échapper et de se garantir un abri de plusieurs semaines sous terre, parfois.

    Rappelons nous que ces contrées, étaient très convoitées et aussi régulières qu'étaient les guerres et  invasions entre puissants, les pillages et autres exactions que se livraient entre eux aussi les brigands et bandes de routiers, rendant le quotidien constament dangereux dans ces périodes troubles de l'histoire du moyen age...

    Loches étant un lieu de passage obligé entre les 4 points cardinaux de flandres à l'espagne et de la bretagne a la bourgogne, on imagine les craintes permanentes des habitants de ce "carrefour" naturel.....traversé par des "bons" et des méchants..

  •  Nous aurions donc probablement beaucoup à apprendre aussi, de fouilles à faire dans nos souterrains "secrets" qui doivent pour les plus anciens dater de cette époque.. Nul doute qu'ils aient été d'importance certaine, d'après certains détails logiques : par leur profondeur, leur forme de taille et les etonnantes arches de soutient monumentales qui y retiennent les voutes et appuis de mur , entre les passages de pieces en pieces... car il y a  plusieurs  grandes pieces  d'une trentaine de m² chacune...... pour ce que l'on en voit, dejà déblayées.....!... de la terre et des cendres mêlées, ainsi que des débris de construction, probablement de la Maison, au XVIe , laissent à penser que les restes d'ancienne Maison a colombages brulées y ont été jetés avant de construire l'actuelle Maison.



    Beaucoup de mystères dans ce royaume du silence ou il faut descendre 15 m sous terre, par des escaliers aussi étroits que superbement assemblés, aux marches hautes de pierre dure, avec des arches en plein cintre de pierre qui maintiennent les poussées de terre de chaque coté de ce boyau. Un tel travail fait par des hommes, ne peut avoir été fourni pour une simple cave....

    De plus, il y a  des prolongements en couloir inexplorés, et encombrés pour certains , vers le Chateau et sous la collegiale, qui devraient nous en apprendre certainement beaucoup sur les origines de cet endroit....et puis .... Certaines portes de pierres (avec clés de voute, et cintre) ont été murées à certains endroits.....et ... dans une petite piece, on retrouve un acces au puit de la cour, qui a été refermé, avait-t-il été amenagé pour tirer de l'eau fraiche depuis ces profondeurs, ...ou pour sortir...?. 

    Mais arretons là, ce descriptif, et ces déductions, (pourtant logiques...), passionnantes , et passionnées, dont nous débatons régulièrement avec nos hôtes, sous le sceau du "secret".... !!!... pour d'autres détails encore plus étonnants.....

    Pour l'anecdote, un ami Americain, (d'environ 80 ans), dynamique entrepreneur dans son ex- vie professionnelle, avec qui nous en parlions devant un verre de Vouvray, et pour lequel, nous avions tous noté, y compris ses enfants et petit enfants l'accompagnant,  son interet et son oeil "d'enfant" briller tout au long de nos  hypothèses de ces souterrains,  en rapport avec l'histoire de notre ville.


    Il m'a pris par le bras au matin de leur départ, pour me proposer, en aparté........ de monter une expedition aux Etats Unis, avec financement et équipe spécialisée, pour organiser des fouilles avec "le puissance americain" (en français dans le texte..!)... nous avons décliné l'offre, pour garder encore un peu de mystère, plutot que de tout détruire, pour continuer à garder nos fantasmes de trésors cachés... !........... Le rêve n'est il pas plus charmant que la deception..?..... :-))     ...... Mais, bon...... Qui sait..?



Histoire de la Maison